Par Samuel Gosselin-Bélanger |

Rivées sur leurs téléviseurs, des nations entières appuient leurs athlètes à la conquête de la médaille d’or. Les Jeux olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud, réaffirment la fierté d’un pays, d’une patrie. Afin de représenter le pays hôte des Jeux, l’ambassade de la République de Corée au Canada a souhaité démontrer son engagement et sa fierté à l’aide de deux sculptures de glace : une belle vitrine pour la 40e édition du Bal de Neige d’Ottawa.

 Des talents mondiaux regroupés à un seul endroit

C’est un festival à saveur mondiale qui s’est déroulé à Ottawa en ce début de février. Le Bal de Neige regroupait, sous un même toit, les artistes sculpteurs de plusieurs pays, dont la France, la Pologne, la Russie, le Japon et, bien sûr, le Canada. Plusieurs activités, offertes sous forme d’ateliers, étaient ouvertes au public.

Malgré une température peu clémente, plusieurs festivaliers ont bravé le froid pour assister aux différentes compétitions de sculptures sur glace. D’ailleurs, des boissons chaudes et des collations légères ont été servies gratuitement aux visiteurs. Une belle façon d’agrémenter l’expérience sur le site.

Une symbolique qui traverse les frontières

Crédit : Samuel Gosselin-Bélanger

Crédit : Samuel Gosselin-Bélanger

Malgré toutes ces activités, ce qui a retenu l’attention, en cette période olympique, est sans aucun doute les deux sculptures de glace érigées par l’ambassade de la République de la Corée. Ces statues, qui se trouvent au parc de la Confédération, sont les figures emblématiques des Jeux olympiques de Pyeongchang. Elles permettent à l’ambassade coréenne de représenter et de promouvoir sa nation à l’extérieur de ses frontières. Pour certains, ces sculptures ne ressemblent qu’à des amas de glace. Pour d’autres, il s’agit d’une symbolique qui dépasse l’imaginaire et qui représente les coutumes et les croyances coréennes.

Sous ces blocs de glace se cachent deux animaux emblématiques de la Corée : le tigre blanc Soohorang et l’ours noir Bandabi. Dans les croyances coréennes, le tigre blanc est le protecteur de la nation, un emblème d’autant plus significatif aux jeux olympiques puisqu’il fait référence à la protection des athlètes et des spectateurs. Symbolisant la détermination et le courage, Bandabi sera la mascotte des Jeux paralympiques de 2018.

Il est très intéressant que l’ambassade de la Corée représente son pays, sa culture et ses coutumes à travers deux figures emblématiques du pays, d’autant plus que cela concorde parfaitement avec les Jeux olympiques de Pyeongchang. Ces sculptures, réalisées de main de maître, font l’état d’un nationalisme explicite et témoignent de la fierté coréenne de recevoir les 23e Jeux olympiques.

Malgré les 14 heures de décalage et l’océan Pacifique qui séparent Ottawa de Pyeongchang, l’engouement pour les Jeux olympiques était palpable au Bal de Neige. Avec ces sculptures à l’effigie des Jeux, l’ambiance était à la fête. Plusieurs kiosques offraient des souvenirs à l’effigie de Pyeongchang. Même Radio-Canada, diffuseur officiel des Jeux, avait installé un podium grandeur nature pour ceux et celles qui souhaitaient, avec une médaille à leur cou, immortaliser le moment.

Crédit : Samuel Gosselin-Bélanger

Crédit : Samuel Gosselin-Bélanger

Tout était organisé de façon à susciter la fierté envers la nation canadienne : friandises sucrées en forme de feuille d’érable, drapeaux canadiens placés un peu partout sur le site, etc.

Lorsqu’il est question des Jeux olympiques, ce n’est pas que le pays hôte qui vibre au rythme de ceux-ci. Certes, cet évènement planétaire rassemble les meilleurs athlètes du monde, mais les Olympiades sont bien plus que de simples disciplines.

C’est aussi la démonstration, à l’échelle mondiale, d’une culture différente. Une fois aux quatre ans, toutes les nations se mêlent et évoluent ensemble. C’est ça l’esprit des Olympiques : partager et échanger avec les autres peuples.

Malgré leur passage éphémère, les sculptures de glace à l’effigie de la Corée auront su réchauffer le cœur des Canadiens et amener, l’instant d’un moment, la frénésie des Jeux olympiques de Pyeongchang à Ottawa.